AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La panoplie du parfait petit peintre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fabrizio Tomasi

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 26
Date d'inscription : 13/07/2008

Papiers
Occupation: Gérant d'une galerie d'art.
Adresse: N42, Via Del Troconsolo
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: La panoplie du parfait petit peintre.   Mer 30 Juil - 15:33

- Bordel... Et croyez-moi, ce n'était pas une expression injurieuse. L'endroit était littéralement en 'bordel'. Lorsque Fabrizio avait quitté la galerie d'art, une vingtaine de minutes plus tôt, il avait promis à Megara de faire un détour par le vendeur de patisseries qui se trouvait sur la Via del Troconsolo. Il était ressortit du magasin en moins de cinq minutes : son côté gourmand et peu porté sur la nourriture allégée avait jeté son dévolu sur deux charlottes aux fruits et un énorme gâteau au chocolat. Les deux Tomasi n'avaient besoin d'aucune raison particulière pour organiser un de ces diners chaleureux et qui durait des heures sous la véranda. Ils n'avaient pas besoin non plus d'envoyer des invitations pour ce genre de festivités improvisées : Lorenza et Aidan étant leurs principaux invités -car oui, bien que majeurs, ils vivaient toujours sous le toit de Papa et Nonna- il n'en fallait pas beaucoup pour deviner que peut-être, le repas de quatre personnes se retrouverait chamboulé par l'arrivée inopinée de cinq squatteurs, que les enfants Tomasi appelaient amis. Voilà pourquoi Fabrizio avait acheté plus de pâtisseries qu'il n'en fallait, habitué à nourrir la meute de jeunes gens. Ca leur en ferait quelques parts en plus pour le lendemain, dans le pire des cas.

Il était entré par la porte arrière de la maison, celle qui donnait directement dans la cuisine. Cette porte n'était jamais fermée à clefs afin que les amis d'Aidan et de Lorenza puissent entrés facilement au n°42. Hésitant, Fabrizio avançait dans la pièce comme si, à chaque mètre, une mine était placée sur le sol et le menaçait d'explosion à tout moment. Il jetait aussi plusieurs regards frénétiques autour de lui, au cas où une tierce personne aurait eu la superbe idée de lui faire peur en criant un simple ‘bouh’ dans un coin. La cuisine, le lieu que Fabrizio aimait le plus dans la maison jaune -hormi sa chambre-, était peinturluré de trois couleurs bien distinctes. Au milieu de la pièce, sur le plan de travail, quelques pots de peinture avaient été ouverts et quelques feuilles blanches étaient posées ça et là sur le reste du mobilier. Tout en se demandant ce qu’il avait bien pu se passer ici, il posa les trois paquets de pâtisseries dans le frigidaire, les dossiers de la galerie dans un tiroir et un paquet cadeau sur la table. C’est en mettant clairement en évidence une énorme tache bleue étalée sur la table, cachée sous une feuille, qu’il partit en reconnaissance.

Alors qu'il regardait les peintures improvisées, il ne put s'empêcher de s'émouvoir ou de se mettre clairement en rogne de manière alternative. Il reconnaitrait entre milles les petites menottes qui avaient été posées sur la majorité des feuilles... mais le bazar de la pièce, il ne l'attribuait qu'à deux personnes particulièrement exaspérantes dans ce genre de situations. Il s'approcha des pots de peinture, jeta quelques coups d'œil suspicieux dedans et, rejetant la tête en arrière afin de donner plus de portée à sa voix, il hurla « AIDAN! LORENZA! VENEZ ICI TOUT DE SUITE! » Il retira les clefs de la poche arrière de son jean et les jeta habilement dans un pot de céramique placé près de la porte qui donnait sur le jardin.

Du frigo, il sortit une bière et une barquette en plastique de tomates-cerises. Il ne se retourna pas en entendant derrière lui les pas qui se voulaient silencieux d'Aidan et Lorenza et, comme lorsqu'ils étaient enfants, il prit une voix dont le ton n'envisageait rien de bon. « Peut-on savoir ce que vous avez tentés d'expérimenter... » Il goba une tomate et c'est décapsulant sa bière qu'il ajouta, las. « encore ? » Connaissant ses deux tomates, il savait que l'explication allait être longue, abracadabrante et grotesque. Ou alors, ce serait tout le contraire... Avec eux, Fabrizio pensait en avoir déjà vu de toutes les couleurs... Du moins, il avait déjà vu du rouge, du orange et du bleu, tout comme les nouvelles touches de déco qu'avaient ajoutés Aidan, Lorenza et le petit Matteo durant l'absence de Meg et de Fabrizio...

[Un peu nul pour un début silent POUR LES TOMATES'n' Cow.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://secret-files.forumactif.com
Aidan Tomasi
ZazAdmin || Sweet Daddy Dee
avatar

Nombre de messages : 3032
Age : 32
Amore per : Les M.U.S.E.S
Umore : LA here I come !
Date d'inscription : 21/01/2008

Papiers
Occupation: Gérant de la Cisterna
Adresse: N42, Via Del Troconsolo
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: La panoplie du parfait petit peintre.   Mer 30 Juil - 16:27

« Dis lui d’arrêter de pleurer ! »

« T’es maline toi je fais que ça ! t’as une idée pour le faire taire peut-être ? »

Aidant tenait dans ses bras un petit Matteo devenu rouge/violet à force de crier. Une heure que ça durait et le jeune papa avait tout testé pour le faire taire mais en vain. Il n’avait pas faim, ne voulait pas de sa tétine et le jeune homme avait beau le bercer dans tous les sens rien ne parvenait à l’apaiser. Ce genre de colère de la part du petit bout étaient rares mais elle plongeaient toujours Aidan dans un état second parce qu’il ne savait pas comment s’en sortir. Généralement Megara arrivait à la rescousse et devait appuyer sur un bouton magique parce qu’elle savait toujours comment le faire taire mais pas lui. On avait oublié de lui filer le mode d’emploi quand on lui avait laissé le bébé.

« Je m’entends même plus penser avec ses cris ! »

« Ah parce que tu penses toi maintenant ? » ironisa Aidan qui se prit un coup de poing dans l’épaule en guise de réponse.

Les deux enfants tomate se toisèrent et Matteo indifférent aux tensions qu’il déclenchait continuait de hurler à plein poumons en agitant ses petites mains boudinées dans tous les sens. Il avait pris maintenant une teinte indéfinissable et Aidan se demandait comment il pouvait encore trouver la force de hurler avec autant de force. Il avait fini par croire qu’il se calmerait de lui-même mais c’était peine perdue.


« Bon okay je sais que tu me détestes maintenant… »

« Toi et ton incapacité à utiliser des capotes ! »

« Oui bon on va pas se lancer à nouveau dans ce débat je t’ai déjà dis… » Puis il soupira et secoua la tête. Il n’avait pas l’intention de revenir sur le sujet encore une fois surtout que Lorenza se faisait toujours un plaisir de lui renvoyer ses erreurs en plein visage.

« Est-ce que tu veux bien juste m’aider ? »

Silence de la part de Lorenza qui croisa les bras et essaya de prendre un air menaçant et supérieur. « S’il te plaîîîîîîîîîît… » la supplia Aidan en la regardant avec des yeux de cocker triste.

« S’il te plaîîîîîîîîîît… » insista-t-il encore alors qu’elle restait muette.

« Combien ? » lâcha-t-elle enfin sans ciller.

Aidan écarquilla les yeux de surprise. Il n’arrivait pas à croire qu’elle puisse lui faire un coup comme ça.
« Combien ? Tu te fous de moi c’est ça ? Tu veux quoi ? T’enrichir sur le dos des personnes à problèmes relationnels avec les p-r-é-s-e-r-v-a-t-i-f-s c’est ça ? » Il épelait maintenant chaque mot qu’il jugeait trop choquant pour les petites oreilles innocentes de son fils.

« Tu sais que capote ça va plus vite à épeler ? » ricana Lorenza. Et durant tout ce temps Matteo n’avait pas cessé de pleurer.

« Oh tu sais quoi ? Va te faire ffff… » crachouilla Aidan avant de sortir du salon.

« Non attends… » fit Lorenza en trottinant derrière lui.

Aidan se retourna pour lui faire face et soutenir son regard. Ils restèrent immobiles un temps avant que leur regard ne descende vers le bébé toujours en train de brailler. L’union fait la force c’est bien connu. A deux ils devaient bien pouvoir faire taire un bébé non ?


« Je sais pas si c’était une super idée… »
lâcha Aidan en frottant le visage de Matteo avec un gant de toilette humide.

« Il a arrêté de pleurer non ? »

« Ouais mais il ressemble à un dalmatien maintenant… »

« Il a aussi foutu en l’air mon jean mais l’important c’est qu’il se taise maintenant. »

« Ouais enfin on aurait peut-être du prendre une autre peinture j’ai pas l’impression que celle-ci parte à l’eau… »

« Mais si regaaaaarde ! » fit Lorenza en prenant le gant pour frotter la joue du gamin avec douceur. « Ca… ça part pas… » constata-t-elle.

« Super mon fils ressemble à un schtroumf… »

« Mauve c’est une rareté… »

« Toi… »

La voix de Fabrizio raisonna soudan dans la maison et la sœur et le frère se figèrent avant de tourner la tête pour se fixer avec inquiétude. Ils n’avaient pas eu le temps – encore une fois - de faire disparaître les preuves avant le retour de leurs parents. Et ça ne sentait pas bon du tout. Aidan hissa le petit dans ses bras et ils retournèrent à la cuisine, avec l’expression d’un gamin pris en faute su le visage. Même Matteo avait cessé de gazouiller de joie.

« Okay… » commença Aidan en voyant que cette fois-ci ils ne s’en sortiraient pas facilement.

« Avant que tu dises quoi que ce soit il faut que tu saches… »

Il inspira un grand coup, ménageant son effet. « C’est de la faute de Lo’ »

_________________

Baby icon by verwuenscht
JEAN PORN IS BETTER THAN CHOCOLATE
LIFEHOUSE / SMALLVILLE ADDICT ♥
HOUSE IS MY DRUG
CITRON VERT ET FIERE DE L'ETRE
ADORATRICE DU FCERC ♥
RIGGINS FAN
DK ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/dream_of_papier/
Lorenza Tomasi
NutellAdmin • Pocketful of Sunshine
avatar

Nombre de messages : 1896
Age : 31
Amore per : les M.U.S.E.S
Date d'inscription : 19/01/2008

Papiers
Occupation: Etudiante et serveuse à la Cisterna
Adresse: N42, Via Del Troconsolo
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: La panoplie du parfait petit peintre.   Ven 8 Aoû - 14:09

La voix de Fabrizio Tomasi fit trembler tous les murs de la maison ainsi que le frère et la sœur Tomate. Lorenza attrapa le poignet de son frère pour y regarder l’heure sur sa montre. Leur père était en avance sur le planning mental de Lorenza. Un véritable capharnaüm régnait dans la cuisine, les traits de la jolie brune se crispèrent alors qu’elle suivait son frère la tête basse, réfléchissant à ce qu’elle pourrait inventer pour sortir vivante de cette entrevue. Vivement que Matteo soit plus âgé et turbulent, 5 ans est le bon âge pour faire des bêtises, il lui restait donc 4 ans et demi à attendre. Serait-elle toujours chez ses parents à 24 ans ? Ou alors vivrait-elle avec un charmant jeune homme, ou chez les nonnes si elle continuait à être si malchanceuse en amour. Elle n’eut pas le temps de réfléchir plus à toutes ses possibilités, ils venaient d’arriver à la cuisine. Elle fût presque surprise de la découvrir en si mauvais état, elle n’y avait pas vraiment porté attention plus tôt. Lorsque son père ouvrit la bouche, elle baissa le regard à nouveau et fixa ses pieds. La grosse voix grave de Fabrizio Tomasi avait toujours effrayé Lorenza depuis son plus jeune âge, son père pouvait se révéler être un amour tout comme un orgre effrayant capable d’infliger diverses punitions mémorables et les deux jeunes Tomasi en avaient connus plus d’une…

« QUOI ?! » s’exclama la jeune fille quand son frère l’accusa. Certes, c’était elle qui avait eu l’idée de jouer aux apprentis peintres dans la cuisine, argumentant que la peinture s’en irait facilement sur les éléments carrelés, mais Aidan avait adhéré à l’idée comme un grand… Encore une des idées brillantes de Lorenza qui se révélaient extrêmement mauvaises par la suite…
« Papa c’est pas vrai, il sait pas s’occuper de son fils ! Il est venu chouiner à ma porte ! Ce n'est pas de ma faute si il est aussi bon père que Michael Jackson !» Elle se retourna vers Aidan et lui donna un violent coup de poing dans le bras « T’es gonflé toi je rêve ! Tu me le revaudras tu peux en être certain ! » Lorenza croisa ses bras sur sa poitrine et marmonna des paroles incompréhensibles « …… j’hallucine……spéce…….bruti va ! »

Elle ferma sa bouche et afficha une moue boudeuse comme elle le faisait si souvent lorsque quelque chose l’avait froissé. Lorenza faisait partie de cette race de personnes qu’on appelle les femmes enfants, malgré ses 20 ans elle restait une enfant que ses parents pouvait toujours priver d’argent de poche (ce pourquoi elle s’était mise à travailler) ou punir (ce qui allait sans doute arriver dans les minutes qui allaient suivre). Lorenza aimait se sentir choyée et jubilait de l’absence de lourdes responsabilités dans sa vie, apart servir les clients du bar et tenter au mieux de réussir ses études elle n’avait rien à penser, rien à accomplir, elle était libre de ses mouvements, de ses relations, de sa vie. Tous les petits soucis étaient pris en compte par Maman et Papa qui s’occupaient même de sa mutuelle. C’est sans doute pour cela que Lorenza avait rarement discuté une punition ou un ordre de ses parents, elle s’était toujours sentie tellement redevable envers eux de lui avoir offert cette vie parfaite en tout point alors qu’elle aurait pu crever de faim dans les rues d’Iquique. Ici, à Naples elle tentait de ne pas ingurgiter trop de Nutella pour ne pas écraser la balance.

Quelques secondes après Aidan s’adressa à elle quasiment comme si de rien n’était, elle lui jeta un regard noir et lui tourna le dos.

« Toi je ne te parle plus ! » lança t’elle de dos. Elle fit volte face pour lui tirer la langue et reprit sa position boudeuse.

_________________

    ics by dance the dance & phlourish_icons


ASHLERIENNE ET FIÈRE DE L'ÊTRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La panoplie du parfait petit peintre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La panoplie du parfait petit peintre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parfait petit gage... [PV]
» Le kit du parfait petit joueur de dynasty
» LE GUIDE DU PARFAIT PETIT PARRAIN
» Le petit Palais à Paris
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolce Vita a Napoli :: La Baia di Napoli :: Via Del Troconsolo :: N42-
Sauter vers: