AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un matin de plus .... {Alessia}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexis Guazzi
Charming Prince Selling Books
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 25
Amore per : Bob L'Eponge xp
Umore : Estivale
Date d'inscription : 14/06/2008

Papiers
Occupation: Libraire à Strada Tramonto
Adresse: N°3, Piazza Aria
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Un matin de plus .... {Alessia}   Jeu 17 Juil - 20:50




    Dix heures, trente minutes et quarante-six secondes qu’il attendait son retour. Elle était partie la veille pour passer la soirée avec un homme dont il n’avait même pas retenu le prénom. Un prénom masculin qui, de toute façon, lui était désagréable à entendre, quelques lettres jetées comme ça auprès de ses oreilles qui se brûlaient chaque fois qu’elles étaient prononcées. Et pourquoi ? Pour rien, ce prénom était juste nul, ce n’était pas de la faite de ce pauvre jeune homme après tout … Son prénom avait été choisi par ses parents. Cependant, Alexis ne pouvait s’empêcher de penser qu’avec des parents aussi dénués d’une quelconque compassion ou intelligence, cet homme ne pouvait être assez bien pour Alessia. Non, jamais un homme comme lui ne pourrait l’être d’ailleurs …

    Alors, la vieille au soir il lui avait souri, comme il le faisait désormais depuis une semaine. Une semaine durant laquelle il hébergeait sa douce amie. Un simple accident de machine à laver le linge avait transformer son appartement en piscine Olympique – Quoi qu’il n’en ait pas tellement la forme – et l’avait ainsi contraint de le quitter pour se réfugier chez son libraire préféré qui, en bon prince charmant des temps modernes lui avait offert l’hospitalité. Alexis avait dîné seul, encore une fois, devant sa télévision à regarder de vieux épisodes de Friends qui l’avait fait effectivement rire aux éclats. – comme chaque fois qu’il les regardait soit dit en passant – Et puis, vers vingt-trois heures, il était allé se coucher, après avoir vérifié que Alessia n’était pas revenue.

    Habituellement, du moins depuis le début de la semaine, Alexis n’avait aucun mal à s’endormir et faisait une nuit tout à fait correcte mais là, la situation avait été légèrement différente. Le jeune homme n’avait cessé de se tourner et de se retourner dans son lit, n’arrivant jamais à trouver une position qui lui convenait. Compter jusqu’à deux mil cinq cent cinquante ou compter les moutons qui passaient la barrière ne l’avait guère aidé. Il s’était alors levé vers deux heures du matin pour voir si la jeune femme était rentrée, il ne l’avait pas entendu rentrer. Il ouvrit doucement la porte de sa chambre, toujours vide : Alessia n’était visiblement pas rentrée et vu l’heure avancée de la nuit, elle devait la passer avec ce Roméo à deux balles. C’était la première fois de la semaine qu’elle ne rentrait pas. Un nœud au ventre, le libraire regagna sa chambre où il ne dormit pas plus, guettant les moindres bruits de la maison en tentant de savoir si oui ou non elle rentrait à la maison.

    A sept heures du matin, il se dirigea vers la chambre toujours aussi vide que durant la nuit. Alexis, les yeux cernés et la tête dans l’endroit que l’on ne nomme pas se prépara un café. Pas de travail aujourd’hui, c’était les vacances pour lui. Assis sur un tabouret, devant le petit bar qui séparait espace cuisine et espace repas, il regardait la porte d’entrée, les yeux dans le vide, le café dans ses mains.

    Enfin, à sept heures treize et trente-cinq secondes, la porte s’ouvrit doucement, la serrure ne fit presque aucun bruit, comme si Alessia n’avait pas l’intention de le réveiller, sauf que, cette nuit, Alexis n’avait pas dormi …. Ce ne fut même pas l’ombre d’un sourire qui s’installa sur le visage du jeune homme, à vrai dire, il avait l’air pathétique. Habillé d’un short en tissus en guise de bas de pyjama, avachi sur le bar en train de boire un peu de café. Finalement, il se décida à la saluer, par pure politesse. Après tout, elle n’avait même pas prévenu qu’elle découchait …


    « Bonjour ... » Il n’y avait aucune joie dans sa voie, basse et grave, insensible. Pas froide, non, Alexis n’en était pas encore rendu à ce point là …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sunrock.forumactif.us
Alessia T. Barreti
I wrote a goodbye note in lipstick on your arm
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Amore per : ♥ M'amour & Buzinette
Umore : Fucking Crazy
Date d'inscription : 06/07/2008

Papiers
Occupation: Photographe de talent
Adresse: Il Ghibellini, Appt 07B, Monfalcone.
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   Ven 18 Juil - 13:02

    Elle avait découché, c’est vrai. Elle aurait dû prévenir Alexis mais elle ne l’a pas fait. Trop prise par cette soirée, elle avait complètement oubliée de l’appeler. Grave erreur dont elle se souviendrait probablement pendant un moment. Loin de s’imaginer ce qui l’attendait en rentrant, Alessia se dit qu’il dormirait lorsqu’elle rentrerait, alors elle ne se soucia pas du reste. Bon d’accord, elle n’était pas chez elle. Cela faisait maintenant une semaine que la belle italienne vivait chez son libraire. Ayant rencontrée quelques problème avec sa machine à laver, elle dû quitter l’appartement en attendant de pouvoir faire quelque chose. Au départ, elle comptait loger chez sa cousine, mais Alexis fut adorablement sympathique, et la demoiselle ne put refuser son hospitalité. Et puis, ce n’est pas comme s’ils ne s’entendaient pas. D’ailleurs, cette semaine fut la meilleure semaine qu’elle passa depuis un moment. Elle appréciait énormément la compagnie du jeune homme, et puis, c’est l’occasion de se rapprocher un peu plus d’un homme qui partage de nombreux points communs avec soi. Tout ça pour dire qu’elle était bien chez lui. Ça change de son appartement qu’elle partage avec sa télévision. Non, c’est bien la compagnie de la télévision. Elle lui offre des épisodes d’Hélène et les garçons – que la jeune Barreti connaît par cœur – démodés mais qui la font bien rire tellement les acteurs sont mauvais comédiens. Mais bon. Avez-vous déjà essayé d’avoir un dialogue avec votre téléviseur ? Pas pratique, n’est-ce pas.

    La veille au soir, Giacomo était passé prendre Alessia. Une petite soirée, rien que tous les deux. Ça faisait un moment qu’ils n’avaient pas fait cela ensemble. D’habitude, elle trouvait Damiano donc elle ne restait pas bien longtemps. Cette fois, c’était différent. Elle eut droit à un petit concert acoustique à elle toute seule, ce qui lui remonta le moral par ailleurs. Elle en profita pour l’embêter un peu. Pendant plus d’une heure, elle tenta de le convaincre de se produire plus souvent. Usant de pas mal de ruses, d’arguments tous aussi bancals les uns que les autres et de persuasion comme jamais, Alessia n’arriva pas à parvenir à ses fins. Pourtant, elle était des plus sincères. En réalité, la jeune Barreti est la première et plus grande fan de son meilleur ami. Elle a toujours adoré ce qu’il faisait et était très admirative de son travail. Pourtant il le sait mais ne cède jamais aux paroles encourageantes de la demoiselle. Ce n’est pourtant pas d’essayer. Il devait être dans les environs d’une heure du matin lorsque la belle se laissa emporter par le sommeil. Giacomo, lui, demeurait toujours éveillé. Il était en train de chanter une douce balade qu’il lui chantait avant qu’elle s’endorme, quelques années auparavant. Cela n’avait changé. Elle finissait toujours par succomber. Elle dormit sur le canapé. Il n’avait pas voulu la bouger de peur de la réveiller.

    Elle se réveilla en sursaut à six heures et demie. Un mauvais cauchemar dont on passera les détails, trop sanglants pour être racontés. C’est alors qu’elle se rendit pleinement compte qu’elle ne se trouvait pas chez son libraire préféré. Déboussolée et confuse à la fois, elle rassembla ses affaires en vitesse. Alessia passa dans la chambre de son meilleur ami et y déposa un petit mot disant qu’elle avait passée une très bonne soirée et qu’elle l’appellerait plus tard. La brunette déposa un léger baiser sur son front, provoquant un petit mouvement du jeune italien puis elle quitta l’appartement.

    Sept heures, treize minutes et trente-cinq secondes. Alessia ouvrit sans bruit la porte de la maison. Elle avait prit un taxi pour rentrer. Elle a toujours trouvé que Naples était magnifique tôt le matin. Et dire que des gens se levaient pour aller travailler. Elle devait bosser un peu elle aussi aujourd’hui. Depuis une semaine, elle n’avait pas touchée à son travail. Elle devait s’y remettre un peu, même si ce n’était que superficiellement. Alessia poussa doucement la porte d’entrée, se faufila à l’intérieur puis referma sans bruit la porte. Alors qu’elle se retournait pour regagner sa chambre, elle tomba sur Alexis, dont la tête ressemblait à un champ de mines après la guerre. Apparemment, ce n’était pas le moment de rentrer. Rien qu’au ton de sa voix, Alessia savait qu’elle allait s’en prendre plein la tête parce qu’il était mal luné. L’italienne retira sa veste qu’elle posa sans grande conviction sur le canapé. Malgré le fait qu’il ne soit visiblement pas de bonne humeur, la jeune femme vint déposer un léger baiser sur sa joue.
    « Bonjour, Monsieur le libraire mal luné. » Un sourire vint illuminer le visage de la brunette. Une pointe d’humour et de légèreté dans la voix, la demoiselle voulait simplement remettre ce si beau sourire sur les lèvres du jeune homme. Visiblement, ce n’était pas gagné d’avance. « Toi, t’as pas dû dormir beaucoup cette nuit. » Elle s’assit sur un tabouret juste à côté de lui, s’accoudant au bar. Elle ne le lâcherait pas avant de savoir pourquoi il était de mauvaise humeur. Après tout, cela faisait une semaine qu’ils vivaient sous le même toit alors si elle pouvait l’aider, elle en serait ravie. Et puis, ça lui donnerait l’occasion de lui rendre service après tout ce qu’il fait pour elle, entre les bouquins et le fait qu’il l’héberge.


Dernière édition par Alessia T. Barreti le Mar 29 Juil - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Guazzi
Charming Prince Selling Books
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 25
Amore per : Bob L'Eponge xp
Umore : Estivale
Date d'inscription : 14/06/2008

Papiers
Occupation: Libraire à Strada Tramonto
Adresse: N°3, Piazza Aria
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   Ven 18 Juil - 19:57

    « Bonjour, Monsieur le libraire mal luné. » Ce furent les premiers mots qu’elle prononça en entrant dans l’appartement, juste après avoir déposé un léger baiser sur sa joue, pas encore rasée. Son sourire illuminait littéralement son visage, sa voix était enjouée, légère. Alors qu’habituellement Alexis aurait rit ou tout moins sourit, se serait déridé et aurait expliqué avec humour que les moutons de poussières cachés sous son lit lui avait fait peur toute la nuit. Il ne bougea pas d’un cil cette fois-ci, le jeune homme releva juste ses yeux pour regarder Alessia et constater qu’elle irradiait de bonheur et de joie. Il préparait une réponse mais laquelle ? Il ne savait même pas pourquoi Morphée n’était pas venue le prendre dans ses bras la veille, tout ce dont il se souvenait c’était ce nœud au ventre et cette envie folle de refaire la tête de ce garçon qu’elle lui avait dit aller voir. Alors, il s’était dit que c’était parce qu’il s’était attachée à Alessia et qu’il éprouvait à son égard une sorte d’envie de protection et que, ne connaissant pas vraiment ce Giacomo, il avait peur qu’il ne lui brise un jour le cœur. Finalement, après moult réflexions, il finit par capituler et tenter de lui répondre convenablement. Pour ce faire, le jeune libraire se redressa, se tourna vers elle et répondit : « Non, je n’ai effectivement pas beaucoup dormi … Morphée n’était pas décidée à me rendre visite … » Il se gratta le nez, comme s’il était à la recherche d’une explication qui ne vient, hélas, pas.

    Sa curiosité prit alors le dessus et Alexis voulu connaître les raisons de ce « découchage », qu’avait-elle fait durant cette nuit ? Une part de lui voulait le savoir mais une autre partie lui criait de ne rien demander, il y avait trop de risques et quelque part il savait que la réponse à laquelle il s’attendait ne lui plairait pas mais, sans pour autant ce montrer plus accueillant ou souriant, il s’enquit tout de même :
    « Suis-je en droit de te demander pourquoi tu n’es pas rentrée cette nuit ou cela ne fait-il pas partie de mes droits d’hébergeur ? » Sarcastique, oui, c’était le mot et Alexis n’avait pas pu s’en empêcher, la fin de sa question était sortie toute seule. Cependant, il ne la regretta pas car c’était un peu ce qu’il ressentait : Alessia aurait pu au moins avoir la politesse d’appeler ou de laisser un message, quitte à le réveiller à trois heures du matin, cela n’avait guère d’importance. Et puis il aurait pu se faire un sang d’encre et croire qu’il lui était arrivé quelque chose. Après tout, on était jamais à l’abris de rien …

    Alexis quitta momentanément son tabouret pour mettre sa tasse dans le lave-vaisselle, puis, après s’être rassit, il rajouta :
    « Comment s’appelle le mec avec qui tu as passé ta nuit au fait ?! Gia … Gia quelque chose non ?! » Pff, comme si ça l’intéressait vraiment … En fait, le libraire n’avait pas vraiment de raisons de demander ça, c’était juste parce qu’il avait besoin de faire la conversation, besoin d’entendre la voix de Alessia le matin, au petit déjeuner, comme cela se faisait depuis une semaine. * Pauvre con tient ! T’es bien trop sentimental mon vieux ! *.

    Et c’était probablement pour ça qu’il essayait de savoir, quitte à se faire mal, enfin ça, il n’en avait malheureusement pas encore tout à fait conscience, espèce de mazo va !


    {Désolée, c’est pas top … =/ }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sunrock.forumactif.us
Alessia T. Barreti
I wrote a goodbye note in lipstick on your arm
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Amore per : ♥ M'amour & Buzinette
Umore : Fucking Crazy
Date d'inscription : 06/07/2008

Papiers
Occupation: Photographe de talent
Adresse: Il Ghibellini, Appt 07B, Monfalcone.
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   Dim 20 Juil - 21:09

    Rien à faire, il était vraiment de mauvais poil. En fait, ce n’était pas la façon de répondre qui la dérangeait, c’était plutôt le fait qu’il n’ait pas les mêmes réactions que celles de cette semaine. C’est comme si une part de jalousie refoulée faisait soudainement surface, comme ça, d’un coup d’un seul. Alessia ne comprenait pas vraiment le sens de sa réaction. Elle savait très bien qu’à cette réflexion, il aurait feinté un sourire ou aurait simple réplique, mais là, rien. Il devait être malade, ou alors il s’était vraiment passé quelque chose cette nuit. Bizarrement, elle avait l’impression que ça allait lui retomber sur la figure avant que ce ne soit longtemps. Et puis, même que si ça se trouve, ce serait de sa faute. Enfin, ne mettons pas la charrue avant les bœufs. « Dans ce cas, tu ferrais mieux d’aller te recoucher. Tu seras peut-être plus aimable après que tu ais dormi. » lâcha-t-elle sans vraiment le vouloir. En vérité, elle avait dit tout haut ce qu’elle pensait tout bas. En effet, c’était loin d’être intentionnel, mais elle l’avait fait alors à quoi bon. Aucun signe particulier sur son visage ne pouvait montrer sa gêne. Puis, finalement, elle quitta le tabouret, trop faible pour supporter le regard du jeune homme, pour se préparer un café. Ce n’est quand même pas lui qui allait lui pourrir sa journée.

    La question qu’il posa fit l’effet d’une bombe dans le cerveau de la jeune femme. De quel droit il posait cette question ? Tout devint alors très clair. Alexis était en train de lui faire le remake d’une crise de jalousie. Alessia était en train de se sortir une tasse. Elle la posa assez bruyamment sur le comptoir, juste devant lui, posa ses mains à plat de part et d’autre de l’objet et se mit à le fixer du regard. Rien de bien agressif … Ou presque.
    « Cela ne te regarde pas Monsieur L’Hébergeur. Mais puisque tu tiens vraiment à la savoir, j’ai passée la nuit chez mon meilleur ami. Ça te va comme explication ou tu veux l’appeler pour qu’il confirme ? » Rien d’agressif disais-je. Oui, passons. Alessia était assez remontée, en effet. Pas spécialement par le fait qu’il veuille savoir où elle était – c’est normal en tant qu’hébergeur, il faut bien qu’il sache un minimum ce qu’elle fait, sa maison n’est pas un moulin – mais plus par le fait qu’il soit de si mauvaise humeur au point de lui faire subir un interrogatoire improvisé. En clair, le fait qu’il pique une crise de jalousie la rendait folle. Après tout, ils ne sortent pas ensemble, alors pourquoi Monsieur se paie une crise. Nan mais sérieusement, ce n’est pas la fête du slip ! Manquerait plus que ça d’ailleurs.

    Il se leva pour porter sa tasse dans le lave-vaisselle et la demoiselle ne le lâcha pas des yeux. Impossible. Elle était trop surprise par sa réaction pour détourner son regard de lui. Quelque part, au fond d’elle, cette jalousie soudainement révélée par un simple découchage lui faisait plaisir. Du moins, ça la flattait en quelques sortes. Et puis, maintenant, elle sait qu’il tient, ne serait-ce qu’un minimum, à elle. Un petit sourire en coin, de satisfaction, vint soudainement troubler la dureté de son visage. Trop plongée dans ses pensées, elle en fut sortie par la remarque du libraire. Il n’y a pas de doute, il est vraiment bizarre quand il ne dort pas de la nuit. La belle italienne fronça les sourcils.
    « Qu’est-ce que ça peut te faire ? Tu vas lui faire subir un interrogatoire M’sieur l’inspecteur ? »La jeune femme se décida enfin à le lâcher du regard. Elle reprit la tasse posée devant elle et se servit un café, comme prévu il y a déjà un petit moment. Un sucre, une petite cuillère, un peu de bruit juste le temps de dissoudre le solide et la demoiselle déposa la cuillère dans le lave-vaisselle. Le dos tourné vers Alexis, la jeune femme ferma les yeux puis soupira doucement. « Giacomo Baresi » lâcha-t-elle finalement. Le silence qui s’était installé entre fut alors interrompu par ces deux mots. Pourquoi le lui avait-elle donné ? Pourquoi avait-elle finalement cédée ? Elle n’a aucun compte à lui rendre pourtant. Si ce n’est le fait qu’elle ne l’ait pas appelé hier soir. Peut-être était-ce simplement par ce qu’il le lui demandait. Non, ce n’est pas pour ça. Ca ne devrait pas être pour ça.


Dernière édition par Alessia T. Barreti le Mar 29 Juil - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Guazzi
Charming Prince Selling Books
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 25
Amore per : Bob L'Eponge xp
Umore : Estivale
Date d'inscription : 14/06/2008

Papiers
Occupation: Libraire à Strada Tramonto
Adresse: N°3, Piazza Aria
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   Lun 21 Juil - 10:49

    Elle lui conseilla de retourner se coucher en lui annonçant qu’après un peu plus de sommeil il serait plus aimable. Il ne répondit rien, et aucun signe ne laissait entendre qu’il avait bien comprit ce que Alessia venait de lui dire. Enfin, lorsqu’elle alla se servir un café, un petit sourire s’installa brièvement sur les lèvres du libraire. Une sorte de sourire de dingue, comme dans les film d’horreur, lorsque le zombie sort sa tronçonneuse pour découper sa victime en tous petits morceaux. C’était comme si l’engueulade qui se profilait à l’horizon lui faisait plaisir, comme ci c’était ce qu’il attendait depuis le début sauf que ce n’était pas le cas … Lorsque la belle italienne revint vers lui et posa bruyamment sa tasse sur le comptoir, son visage était redevenu aussi impassible qu’au début de leur conversation, cependant, Alexis semblait enfin réveillé.

    Alessia était remontée et cela n’avait rien de bien étonnant, Alexis ne s’adoucit pas pour autant et fut presque interloquée par le fait qu’elle réponde de façon aussi agressive. Se posant en victime avec une mauvaise foie qui était bien digne de lui, il répliqua :
    « Comment ça, ça ne me regarde pas ?! J’te signale que j’aurais pu me faire du soucis, il aurait pu t’arriver n’importe quoi ! Ca, c’était pour la partie sentimentale, l’épisode dramatique des retrouvailles des Feux de l’Amour. Après cela, le jeune homme continua sur un registre plus « sérieux » Et puis je te signale que je ne t’ai pas agressé, je posais simplement une question ! » Je vous disais donc la mauvaise foie personnifiée en Alexis. Car non, il n’avait pas réellement agressé Alessia mais son ton avait été plus que sarcastique et loin d’être accueillant.

    Il se leva pour reposer sa tasse dans le lave-vaisselle et, lorsqu’il revint faire face à son « adversaire » il remarqua le petit sourire satisfait qu’elle arborait. Ne lui laissant qu’à peine le temps de répondre à sa question, la capitulation de la jeune femme ne lui fit pas spécialement plaisir.
    « Non, je ne vais pas lui faire subir un interrogatoire mais je pense quand même être en droit de savoir avec qui tu as passé la nuit, non ?! » Sa voie s’était momentanément faite plus douce, un peu plus posée que les fois précédentes où il avait haussé le ton, comme pour se faire bien entendre où assoir une autorité qu’il n’avait pas sur Alessia. Et puis, il se souvint de son petit sourire satisfait et là, ça repartit en vrille :

    « Et je peux savoir POURQUOI tu avais l’air satisfait tout à l’heure ?! Tu trouves ça bien qu’on s’engueule toi ?! Parce que franchement, moi pas ! Mais si c’est le seul moyen qu’il y ait pour savoir où tu étais hier et ce que tu as fait et bien d’accord ! On s’engueulera à chaque fois que ça se reproduira ! » A bout de souffle, il fallut quelques secondes à Alexis pour retrouver une respiration normale. Débiter une soixantaine de mots en quelques secondes ça coupe facilement le souffle … Assis en face de Alessia, il plongea ses yeux noisette dans les siens, à la recherche d’un signe ou de quelque chose qui lui dirait que cette engueulade ne se terminerait pas mal, parce que c’était la dernière chose qu’il désirait : Se brouiller avec la jeune femme qui avait visiblement prit une grande place dans son cœur.

    Alors, non conscient de ce qu’il ressentait vraiment mais sûr de ce qu’il voulait, ou plutôt de ce qu’il ne voulait pas, Alexis baissa les yeux durant quelques fractions de secondes, juste assez pour les relever vers la talentueuse photographe et annoncer, d’une petite voix :
    « Je … Je suis désolé … S’engueuler n’a jamais rien résolu … Je … Je ne sais pas trop ce qui m’a prit mais j’ai mal dormi et … » * Ne pas te voir rentrer de la nuit m’a rendu dingue, je me suis inquiété …* Oui, mais ça, il ne le dit pas, sa phrase resta en suspend, dans l’attente d’une approbation mais surtout d’un pardon.

    {Il faudrait qu’elle ne lui pardonne pas tout de suite son écart pour que ça reparte un peu sauf si tu veux qu’on continue dans un registre plus doux xp}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sunrock.forumactif.us
Alessia T. Barreti
I wrote a goodbye note in lipstick on your arm
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 26
Amore per : ♥ M'amour & Buzinette
Umore : Fucking Crazy
Date d'inscription : 06/07/2008

Papiers
Occupation: Photographe de talent
Adresse: Il Ghibellini, Appt 07B, Monfalcone.
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   Mar 29 Juil - 15:08

    Si seulement elle pouvait lui dire que ce n’était qu’un imbécile, un abruti fini ou encore un libraire prétentieux et égoïste, elle se sentirait beaucoup mieux. Seulement voila, elle ne pouvait pas. Ces mots le blesseraient et elle aussi par la même occasion. Le fait qu’il soit aussi peu accueillant la rendait malade. En effet, ce qu’elle faisait ne le regardait pas. Tous deux ont une vie bien à eux, ainsi qu’un cercle d’amis différents, quoique proche. Ils ont beau avoir des liens en commun, cela ne les rapproche en rien su le point de vue sentimental et vie privée. « M’arriver n’importe quoi … » La jeune Barreti répéta cette phrase pour elle-même mais en resta bouche bée. C’est vrai, il aurait pu se passer quelque chose de grave, mais cela ne devrait pas l’atteindre. Après tout, ce n’est que son libraire et hébergeur provisoire à qui elle tient beaucoup. Bien qu’elle ne soit pas sûre de ses sentiments pour lui, cela ne doit en aucun cas s’interposer dans leur relation. « Tu n’es pas mon père ni mon frère Alexis. Rentres toi bien ça dans le crâne ! Tu n’as pas à te mêler de ma vie de cette façon ! » Les mots sortir de sa bouche comme les balles tirées d’une mitraillette durant la guerre. Si elle avait pu faire exploser une seconde fois Hiroshima, elle l’aurait fait sans aucun problème dans le salon, ici même, à Naples. Le regard noir et pourtant pétillant, la jeune femme ne comprenait pas, bien qu’elle en ait sa petite idée - ce qu’il pouvait bien se passer dans la tête de son libraire. La remarque suivant ne trouva aucune réponse. Cependant, Alessia remarqua la mauvaise fois d’Alexis. Cette remarque ne valait pas la peine d’être relevée alors elle trouva son échappatoire lorsqu’il gagna le lave-vaisselle.

    Le fait qu’elle craque aussi rapidement ne lui ressemblait pourtant en rien. D’habitude, elle lui aurait tenu tête et n’aurait cédée qu’en dernier recours. Pourquoi changeait-elle soudainement de stratégie ? Alessia n’avait pas l’intention de se disputer avec lui ce matin. Elle ne pensait même pas le trouver debout à cette hure-ci. Et puis, sincèrement, elle comptait se recoucher et ainsi finir sa nuit encore trop agitée. Comme ça, pas de problème. Seulement, le sort en décida tout autrement. La poisse que se trimbalait la demoiselle depuis deux heures du matin n’était visiblement pas prête de foutre le champ. Lorsque le jeune homme répondit à son agression, Alessia fut enfin fixée sur ce qu’elle pensait. Elle resta de dos et ne répondit pas. Quitte à faire durer le plaisir, autant le faire bien. La voix du libraire s’était adoucie et la demoiselle prit le temps de boire quelques gorgées de son café avant que cela reparte en cris et sautes d’humeur insupportables. Trop s’en est trop. L jeune Barreti termina son café précipitamment et posa, sans grade délicatesse – contrairement à l’ordinaire, sa tasse dans le lave-vaisselle avant d’en claquer la porte pour le fermer. Enfin, elle se retourna vers Alexis, plongeant son regard ordinairement si tendre dans le sien.
    « Tu joues à quoi là, Alexis ? C’est quoi cette crise de jalousie à deux balles ? Qui tu es pour me parler comme ça, hein ? » Sa voix n’était plus vraiment agressive. Elle était plutôt compatissante. « Et puis, je te signal que c’est toi qui pique une crise. J’aurais pu rentrer sans me faire agresser aussi. Mais non, tu as préféré me faire passer un interrogatoire. Nan mais je rêve ou quoi ? On ne sort pas ensemble Alexis ! » Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait terminée par cette phrase. La belle italienne haussa les épaules et finit par se rassoir à côté de lui. Elle n’en revenait pas vraiment qu’il fasse preuve d’une si mauvaise foie.

    Puis vint le moment inattendu des excuses. Cette fois-ci, elle ne capitulerait pas aussi rapidement que tout à l’heure. S’il pensait s’en tirer comme ça, il se plantait totalement. Enterrer la hache de guerre ne pouvait se faire sur de simples et banales excuses.
    « Mais bien sûr, pour que tu m’assassines quand je t’aurais pardonnée ? Tu plaisante j’espère. Ce n’est pas aussi facile que ça Alexis. Tu crois peut-être que le fait d’avoir mal dormi suffit pour me prendre tout ça dans la figure ? Tu te plantes complètement mon pauvre. » Le fait qu’il ait laissé sa phrase en suspend la rendait soudainement douteuse. Il avait forcément quelque chose à rajouter et elle le saurait, quitte à y laisser quelques plumes. En même temps, le fait qu’ils se disputent pour si peu la touchait. La jeune photographe était si peu sûre de ce qu’elle ressentait réellement pour son libraire qu’elle en avait peur. Se chamailler. C’est le terme le plus exact qu’il existe pour qualifier le chahut de ce début de journée. Cependant, Alessia le regarda surprise, comme si elle avait oubliée quelque chose. Après un léger silence, elle reprit la parole, douce et intrigante. « … Et ? » Pas besoin d’en dire plus, il avait comprit, il devrait comprendre ce qu’elle voulait dire, il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Guazzi
Charming Prince Selling Books
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 25
Amore per : Bob L'Eponge xp
Umore : Estivale
Date d'inscription : 14/06/2008

Papiers
Occupation: Libraire à Strada Tramonto
Adresse: N°3, Piazza Aria
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   Mar 29 Juil - 16:13

    Ni son père, ni son frère, il n’était rien de cela. Ces quelques mots résonnèrent dans la tête du jeune homme. Il était quoi alors ? Un ami, un simple ami qui lui avait proposé de l’héberger, juste pour lui rendre un service. Ca se fait entre amis non ?! Oui mais quand même, il avait bien le droit de tenir à elle non ? Et puis merde ! Ce n’était pas de faute s’il avait eut envie de savoir ce qu’elle avait fait et avec qui. On ne partage pas ce genre de chose avec un très bon ami ? Après un soupir, pas tellement de capitulation, le jeune homme répondit : « Non, tu as raison, je ne suis qu’un pauvre con qui s’est inquiété, mais c’est pas grave. A l’avenir je ruminerais mon inquiétude tout seul et je te laisserai tranquille … » Se poser en victime ?! Non, ce n’était pas tellement son plan mais il n’avait pas pu s’empêcher de répondre ça, c’était sorti tout seul. Il lui jeta un coup d’œil pour voir sa réaction mais ses eux étaient encore noisr, le côté explosif de ses paroles n’avait pas tellement touché Alexis c’était surtout leur sens qui lui avait fait dire ça.

    Pendant quelques secondes, Alessia ne répondit rien, du moins tant que la voix de Alexis était restée plus douce et plus posée Cela lui fit bizarre, c’était comme s’il parlait à un mur qui lui tournait le dos et n’avait aucune réaction. Lorsqu’il se remit à hausser la voix en lui demandant si cela lui faisait plaisir qu’ils se disputent, elle alla poser avec force sa tasse dans le lave-vaisselle avant d’en faire claquer la porte, comme pour bien lui faire comprendre qu’il était allé trop loin. Alexis en était d’ailleurs conscient mais il était trop tard pour reculer …

    Crise de jalousie ?! CRISE DE JALOUSIE ?! Non mais c’était quoi ce délire ? Ces haussements de ton n’avait rien avoir avec une crise de jalousie. Etait-on forcément jaloux lorsqu’on voulait savoir où et avec qui une personne avait passé la nuit ainsi que ce qu’elle avait fait durant cette période ? Bon, d’accord, la plupart du temps c’était une crise de jalousie mais là non. Alexis n’arrivait pas à se l’avouer : C’était une crise de jalousie et puis jamais il n’avouerait que c’était surtout le fait de la savoir avec un autre homme qui l’avait turlupiné.
    « Une crise de jalousie ? Mais tu sors ça d’où toi ? Franchement ! Je sais bien qu’on sort pas ensemble, je serais au courant dans le cas contraire, non ? » Un peu d’humour ? Oui, sa nature profonde avait repris le dessus, et le libraire n’avait pu réprimer un sourire amusé qu’il ravala rapidement, ne voulant pas remettre de l’huile sur le feu alors qu’il venait juste de s’excuser. Cependant, Alessia ne semblait pas prête à les prendre en compte, même si elles étaient sincères. Alexis comprenait, rancunier comme il était, il n’aurait pas aussi facilement accepté des excuses même si ce n’était pas pour les mêmes raisons.

    « Mais non, mais … Je n’ai pas voulu me donner une excuse mais bon, c’est un facteur aggravant le manque de sommeil… Et puis je te jure que je suis désolé merde ! Je peux même m’agenouiller, te faire des massages et tout ce que veux … Mais je me suis tellement inquiété .. Ne pas avoir te nouvelles m’a rendu malade. Je crois que je me serais senti responsable s’il t’était arrivé quelque chose … » Début d’une confidence qu’il arrêta lorsqu’elle lui demanda implicitement de compléter la phrase qu’il avait laissé en suspend.
    Connaissant Alessia comme il la connaissait, Alexis savait pertinemment qu’elle ne lâcherait pas facilement et qu’il lui fallait trouver autre chose à dire que la vérité. Il n’était même sûr de ce qu’il avait l’impression d’avoir ressenti la nuit précédente. Ce n’était vraiment pas la peine de tout foutre en l’air pour une impression, un doute, un sentiment que l’on peut mal interpréter … Sans qu’il ne s’en rende vraiment compte, ses joues rosirent très légèrement, c’était quasiment invisible mais Alexis sentit le peu de chaleur créé par ces toutes petites rougeurs.
    « Et … Rien, laisses tomber ! Ca n’a aucune espèce d’importance … »* S’il te plaît, ne cherche pas à savoir, quoi que je te dise tu ne me croira pas si ce n’est pas la vérité ! * Il en était intimement persuadé : Alessia saurait discerner le vrai du faux et mentir à la jeune femme lui serait probablement un peu difficile dans la mesure où il avait pour habitude de presque pas mentir. Etonnant hein ?! Pour une personne qui sait se montrer d’une mauvaise fois déconcertante …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sunrock.forumactif.us
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un matin de plus .... {Alessia}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un matin de plus .... {Alessia}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...
» Fatal Bazooka - Ce matin va etre une pure soirée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolce Vita a Napoli :: Il Tramonto :: Piazza Aria :: N3-
Sauter vers: