AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Also at the time. [R.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Andrea Masterazzi

avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Umore : In love.
Date d'inscription : 08/07/2008

Papiers
Occupation: Instituteur
Adresse: N30, Appt 2B, Via Tosinghi
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Also at the time. [R.]   Mer 16 Juil - 19:00

Il était vingt heures passée. La main dans la poche de son jean, Andrea cherchait la clé de son appartement. L'une des seules clés qui n'appartenait pas au trousseau. Aller savoir pourquoi. Il avait toujours prétendu qu'elles se ressemblaient trop et qu'il préférait la mettre à l'écart pour éviter de chercher pendant des heures. Bizarrement, sa réflexion était loin d'être très pertinente. Il cherchait la clé depuis déjà cinq bonnes minutes. Il tâtonna la poche de son jean et la trouva enfin. Il l'inséra puis attrapa ses affaires et entra dans ce qui ressemblait à un loft.

La déco y était sophistiquée mais surtout très masculine. A peine entrée, on savait déjà que son propriétaire ne vivait avec aucune présence féminine. Tout y était parfaitement rangé et malgré un pack de bière et une boite de pizza entamée, c'était assez propre. Andrea enleva ses chaussures et suivis le chemin vers son salon. Une boule de poil lui sauta aussitôt dessus. Un bouvier bernois de deux mois. Frizz. Andrea parcourut alors la pièce d'un regard inquiet. La bonne humeur du chiot ne présageait rien de bon. Ses yeux se stoppèrent net. Stupéfait par la tornade qui venait de ravagé sa collection de CD. Il détourna son regard et le posa sévèrement sur son chiot, qui n'eut d'autre recours que de se carapaté à l'autre bout de la pièce.

Un grognement s'échappa des lèvres d'Andrea, qui déposa sa veste sur le bord de son canapé légèrement contrarié. Encore une fois, sa terreur n'avait pas pu s'empêcher de faire de l'appartement, un champ de bataille. Le chiot se risqua alors vers son maître en aboyant mais, voyant que son propriétaire n'avait pas l'air d'être de très bonne humeur, il repartit dans la direction opposée.

Une fois les cds ramassé, il chercha Frizz des yeux. Celui-ci était blotti dans son panier, dormant à point fermé. Un sourire s'incrusta sur le visage d'Andrea quand il s'aperçut qu'il ronflait assez bruyamment. Profitant de ce léger répit, Andrea se précipita sur son canapé et s'écroula dessus. Il alluma la télé et zappa les chaînes jusqu'à tomber sur le journal. La fatigue l'emporterait tôt ou tard. Passer une journée en compagnie d'une vingtaine d'enfants, c'était en soit assez épuisant. Ses yeux commencèrent à se fermer quand son portable vibra.

Il tendit la main et attrapa l'objet en question. Vous avez un nouveau message de Mercedes.


Citation :
Je passerai vers 22h00.


Il cogna à plusieurs reprises sa tête contre le coussin qui aurait dû l'accueillir pour quelques heures de repos. Finalement, sa soirée avait pris la tournure habituel. Et même si la fatigue était bien présente, Mercedes avait toujours eu le don de le ressourcer. Il se leva d'un bond et regarda sa montre. 20h50. Il avait encore une bonne heure pour prendre une douche et manger un morceau.

D'ailleurs qu'es qu'il allait manger. En pleine réflexion, Andrea ne tendit pas l'oreille à la sonnerie qui venait d'emplir l'appartement. Une deuxième sonnerie plus longue le fit sortir de ses rêveries.

God. Ce n'était pas Mercedes quand même. Si ?!


« Oui. C'est bon, j'arrive. » Haussa t-il couvrant la troisième sonnerie. Il fallait vraiment qu'il change cette sonnerie insupportable. D'un pas lent, il avança vers la porte et ne prit pas la peine de regarder qui s'était.

« Je ne t'attendais pas avant 22h00. » Fit-il en insérant la clé dans la serrure. Puis il ouvrit la porte et fut plus que surpris. « Merce - .. Do. » Andrea resta planter devant elle et son cerveau mit un certain temps avant de bien tout assimiler. Puis, il enchaîna.

« Dony ?! Qu'es que .. Qu'es que tu fais là ? »

Il constata enfin qu'elle était toujours sur le pas de la porte. Il se décala sur la droite et lui fit signe d'entrer. Ce n'était pas Mercedes mais, Donatella. Sa cousine. La seule qui avait le don d'arriver lorsque le moment était inapproprié. Elle n'exceptait pas à la règle. Il lui adressa un large sourire et hocha de la tête.

« Va y entre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatella Van Henberg
Princess Of Clumsiness
avatar

Nombre de messages : 37
Age : 28
Amore per : Cookies au chocolat blanc ! ^^
Umore : Excellente humeur ... Profitez-en ! =D
Date d'inscription : 04/07/2008

Papiers
Occupation: Fleuriste // Artiste de rue
Adresse:
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Also at the time. [R.]   Jeu 17 Juil - 17:02

    Dring. Dring. Dring. Une sonnerie de réveil. Les journées de la jeune femme commençaient toujours de la même façon, toujours cette même et horrible sonnerie qui lui donnait presque mal à la tête. Elle détestait cette sonnerie et pourtant elle ne parvenait pas à jeter ce radio-réveil. Comme tous les matins, elle était grognon et se contenta de prendre une douche et un petit déjeuner plus que copieux tout en écoutant non pas les informations comme le font souvent les personnes d'âge mur mais non, elle, elle préférait écouter un peu de Queen pour se donner la forme. Bien qu'elle chantait faux et qu'elle le savait d'ailleurs, Donatella ne pouvait s'empêcher de pousser la chansonnette. I want to break free... Bla bla bla. Voilà qu'elle était lancée pour toute la journée et comme d'habitude elle était d'une extême bonne humeur. Un véritable petit rayon de soleil qui s'en allait comme trois jours dans la semaine à son travail de fleuriste. Elle portait un sarouel kaki, une tunique blanche et une paire de tongs qui lui donnaient un air de touriste ou alors d'adolescente un peu rebelle. La jeune femme voulait simplement être dans une tenue assez ample pour être à l'aise et surtout elle voulait profiter du soleil qui brillait haut dans le ciel. Pouvoir prendre des couleurs.

    La jeune femme pénétra alors dans sa boutique de fleurs et passa sa journée à faire des bouquets, à conseiller ceci ou cela tout en ayant un large sourire aux lèvres. Voilà qu'elle était ravie de se trouver ici. Donatella remarqua un homme qui voulait se faire pardonner d'une bétise qu'il avait fait et avait acheter pas mal de roses rouges à sa petite amie bien que Donatella avait l'impression que c'était peine perdue. Elle les lui tendit en lui adressant un large sourire radieux qui voulait lui faire comprendre qu'au moins il avait eu les plus belles roses du paquet. Elle avait eut également un vieux monsieur qui achetait des tulipes pour sa femme, elle ne se souvient plus des années de mariage mais se souvient que c'était tout de même beaucoup puisqu'elle avait failli applaudir. La jeune femme adorait ce métier, les gens attribuent des significations à toutes les fleurs même si elles différent selon les personnes. Elle souriait à chaque fois qu'on lui demandait : c'est pour des une demande en mariage. Comme si chaque fleur était là pour une situation bien particulière. Elle trouvait cela craquant en réalité. Voilà comment se passaient ces journées la plupart du temps : elle attendait impatiemment la fin tout en restant souriante et agréable avec les clients. Mais quand sa journée se terminait, elle s'empressait de rentrer les fleurs à l'intérieur, de vider la caisse et de fermer la grille pour pouvoir s'occuper. Et ce soir ... elle passerait sa soirée avec son incroyable cousin même s'il n'avait pas encore été mis au courant.

    20h50. La jeune femme frappa à la porte de son cousin en arborant un magnifique et radieux sourire comme à son habitude. Elle était pressée de le voir, de discuter de tout et de rien mais surtout elle était pressée de savoir si son cousin avait réussi à se caser avec une femme depuis le temps. Sonner. Une fois. Deux fois. Trois fois. Voilà que notre Donatella s'impatientait. Elle entendit le fait qu'il la confondait avec quelqu'un d 'autre qui devait venir à 22h. La jeune femme lui sauta dessus en le serrant dans ses bras avant qu'il ne finisse par la laisser entrer chez lui.


    « Salut Andy. - elle l'appelait ainsi depuis toujours et elle ne lui trouverait pas un autre surnom puisqu'elle avait adopté celui-ci il y a quelques années déjà -Qu'est ce que je fais là ? Et bien j'me disais que je devais te manquer. Je dérange pas au moins ? » Finit-elle par lui demander en arborant ce même sourire radieux. Elle savait que même si elle le dérangeait, il n'oserait le lui dire juste par politesse mais bon elle était également polie et le demandait au cas où ...



Hs: minable. Je ferais mieux la prochaine fois ! :s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Also at the time. [R.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolce Vita a Napoli :: San Vittorino :: Via Tosinghi :: N30 :: 2B-
Sauter vers: