AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Insomnie quand tu nous tiens...[Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Maseratti

avatar

Nombre de messages : 50
Age : 33
Date d'inscription : 07/07/2008

Papiers
Occupation: Policier
Adresse:
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Insomnie quand tu nous tiens...[Libre]   Mar 15 Juil - 22:14

Ou était-ce nostalgie?

Une insomnie légère, rien de pire si on commence à être vraiment fatigué avec tous ces dossiers et cette paperasse. Parce que oui il y avait du boulot à Naples, mais très peu d’action, les enquêtes ne duraient que peu de temps et les dossiers étaient vite classés sans plus d’investigation. Le jeune italien devait absolument se trouver un moyen de combattre ce nouvel ennemis mais après s'être tourné et retourner dans son lit, rien à faire. Il eut beau même mettre un peu de musique classique qui d’habitude l’aidait à s’endormir après avoir ingurgité trois cafés et après avoir fait glisser son regard sur des centaines de ligne d’écriture semblable. Ce qu’il pouvait maintenant détester l’invention du traitement de texte. Il n'eut donc le choix que de se lever, s'habiller simplement, un jogging et un chandail à manches courtes, mettre ses chaussures de sport et sortir aller marcher dans la rue. Direction...Heu aucune idée! Il se doutait que ce qu'il le maintenait éveillé n'était que des pensées et qu'il ne devait que s'occuper l'esprit pour mieux pouvoir dormir par la suite. Son fidèle mp3 en fonction aléatoire sur son genre de musique préféré, il était plutôt content d’avoir fait l’acquisition de ce petit bijou technologique qui pouvait contenir beaucoup trop de chansons à son goût.

Ses pas ne le menaient nulle part, mais surtout au bout d’une petite rue, avec une sorte de balcon de pierre surplombant une autre partie du quartier, donnant vue directement sur la baie. Comme quoi le subconscient était beaucoup plus fort dans un état de fatigue avancé. Il s’accota sur un petit muret de pierres après avoir descendu de quelques marches de la même matière. Ses yeux se posèrent rapidement sur la vue qui s’offrait à lui, l’horizon, et les centaines de petites lumières scintillantes de la ville plongée dans la nuit. Il jeta un bref regard à sa montre, il était un peu plus d’une heure du matin, une petite brise passa dans ses cheveux qu’il arrangea d’une main experte.

Son regard perdu au loin, dans les immensités qui s'offraient à sa vue. Étant un amoureux de la nature, pas inconditionnel mais bon, il appréciait quand même beaucoup le camping et la randonnée pédestre, c'était pour cela qu'il restait un moment sans rien dire devant les beaux paysages. Non pas qu'il le laissait sans voix, plutôt qu'il préférait tout simplement apprécier le moment. Il arrivait de plus en plus souvent au jeune homme d'être lunatique, pour de brefs instants, mais assez pour le déconnecter totalement du moment présent, surtout lorsqu'il partait sur des rêves éveillé.

Gabriel ne se projetait pourtant jamais dans le futur, préférant vivre le moment présent, et il essayait tant bien que mal de ne pas retourner dans le passé, ressasser des évènements qui l'avaient marqué. Il repensait ces temps-ci aux raisons de sa venue à Naples, il se demandait en fait s'il avait bien fait de venir. En fait, il en était presque convaincu, mais le petit doute qui s'immisçait dans son esprit lui donnait pas mal de fil à retordre, comme une petite voix qui ramène tout le temps un mais sur la table. Il repensait à sa famille, qui, il devait se l'avouer, lui manquait. Oui, il était resté en contact mais ce n'était vraiment pas la même chose que de passer des moments de qualité avec eux. Au moins il pouvait compter sur un bon support moral grâce à sa petite sœur qui l’avait suivit, aussi grâce à ses collègues de travail et ce n'était pas les amis qui manquaient. Il se plaisait très bien dans cette ville, mais les États-Unis semblaient beaucoup trop loin dans son esprit et surtout dans ses souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venus Galleoti

avatar

Nombre de messages : 50
Age : 27
Date d'inscription : 13/07/2008

Papiers
Occupation: Propriétaire du club Il Infierno
Adresse:
Carnet d'Adresses:

MessageSujet: Re: Insomnie quand tu nous tiens...[Libre]   Sam 19 Juil - 23:50


    Il était surement très tard, & un air léger qui rappelait la période estivale devait souffler sur Naples . Les cigales devaient siffler jusqu'à en couvrir tout les sons qui s'échappaient des différents lieux de la petite ville Italienne, les personnes se faisait surement rares vu qu'en semaine, elles préfèrent se reposer pour bien travailler, quelles valeurs . Enfin, tout ça, Vénus le devinait, car voilà plus d'une heure qu'elle était au club, le club qui lui appartenait "Il inferno", la discothèque la plus branchée de la ville, du moins elle espérait . Une heure était passée, pendant laquelle elle avait réglé les petits problèmes en ce qui concernait les entrées & les recettes de la semaine dernière, validé les prochains groupes ou solistes qui passeront pendant la semaine, mis à jour son agenda personnel, aidé le personnel à rangé l'immense salle . Heureusement que son assistante était là, pour l'aider à gérer, tout seule elle n'aurait pas réussi à accéder à ce rêve . A 18 ans, être propriétaire d'un aussi gros investissement était assez incroyable, mais qui a dit que Vénus n'était pas une personne incroyable ? Bref, la soirée s'était très bien passée, les entrées avaient été nombreuses, moins nombreuses qu'en week-end c'était clair mais tout de même satisfaisantes . C'était ce soir, le tour du groupe de Diego Cuaron son ex détestablement détesté qu'elle détestait, heureusement ce soir il avait passé la soirée à picoler & à chanter, pour son plus grand plaisir & n'était pas venu jouer à lancer des piques avec Vénus . Soit, à présent la soirée était termine .

    C'est avec un grand soupir de soulagement qu'elle poussa la porte de la sortie, c'était une journée assez chargée qu'elle avait passé, & d'avoir réglé toutes ces petites choses ce soir lui apaisait sa conscience .Être propriétaire c'était ça, avoir des soucis plein la tête & oublier parfois de s'amuser . Mais heureusement, elle avait ses amis pour ça, ses amis & son petit ami, Gabriel, nouveau petit ami, avec qui elle se plaisait & qui avait l'air infiniment gentil & attentionné . Pour la première fois de sa vie, elle se sentait un sécurité avec lui, parce qu'il travaille dans la police vous me direz, mais pas seulement, comme si elle était sure qu'à l'inverse de Diego il ne la ferait pas souffrir ... plusieurs fois . Ca avait été dur de s'engager dans une nouvelle relation, alors qu'elle ne croyait plus en l'amour ni aux valeurs que défendaient les habitants de cette ville paisible . Maintenant qu'elle avait déménagé de chez ses parents, qu'elle vivait dans son appartement, plus petit certes mais plus personnel, elle se sentait une femme libre . Alors autant effacé le passé & repartir sur de bonnes bases, à condition bien sur que l'autre imbécile arrête avec ses apparitions soudaines .

    Elle avait jugé juste, il était à présent une heure & demie du soir, ou du matin au choix . L'air frais de l'été caressait son visage & sa longue chevelure blonde & le chant des cigales donnait une ambiance nostalgique au paysage . Elle préféra rentrer à pied, son collègue avait proposé de la raccompagner mais elle aimait bien marcher, cela la faisait réfléchir, à condition qu'un tueur fou ne passe pas dans les parages . On pouvait dire que Miss Galleoti était une femme du soir, mais c'était pas plus mal, se coucher tard, avoir des couvre-feu ne l'intéressait guère . Ses talons résonnaient en un bruit sec & régulier qui ne la genait pas, oui car cela la genait avant . Trouvant l'ambiance trop morose, elle décida d'écouter de la musique, ses écouteur pendaient déjà à son cou, il ne restait plus qu'a les mettre . Un air pop soul s'éleva lentement comme si c'était fait pour coller à la monotonie du paysage .

    Elle passait près de quelques villa lorsqu'elle aperçut une personne, assise sur un petit muret à quelques mètres d'elle . Sa carrure lui rappela vaguement quelqu'un, aussi elle résolut de s'approcher, des escaliers descendaient jusqu'à ce muret de pierre qu'elle emprunta . C'était bel et bien Gabriel, son petit ami . Un sourire se dessina sur ses lèvres, la soirée promettait d'être moins morose . Dos à elle, il admirait le paysage qui s'offrait à eux, des écouteurs à l'oreille, Vénus elle, enleva une oreillette & fit de son mieux pour que ses talons ne claquent pas sur le gravier, elle trouva judicieux d'emprunter un passage plein d'herbes broussailleuses, elle voulait lui faire peur ... à lui le policier ... Elle était arrivée très près de lui, de dos, & l'entoura de ses bras délicatement de peur qu'il sursaute & brandisse un flingue sur elle ... quoi c'était possible . Lorsqu'il se retourna, elle lui sourit & déposa un baiser sur ses lèvres ...

      « Les policiers devraient dormir à cette heure là ... » apostropha-t-elle avec un sourire de malice .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s0-cursed.highbb.com
 
Insomnie quand tu nous tiens...[Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolce Vita a Napoli :: Il Tramonto :: Strada Tramonto-
Sauter vers: